Publié le 31 Mars 2018

Ce dimanche 1er avril, le site abbatial de Saint-Maurice et la Maison Musée du Pouldu réouvriront leurs portes de 14 h à 18 h.
Les deux sites seront ouverts pendant les vacances de printemps.

Cliquez sur les images pour consulter les programmes 2018

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 22 Mars 2018

Le conseil d'administration de l'association « Nuit étoilée » s'est réuni en mairie de Clohars Carnoët la semaine dernière. Cette association, qui organise le feu d'artifice du 14 août sur les rives de la Laïta, réunit des membres venant des deux communes, Guidel et Clohars-Carnoët. Après un échange sur les retours très positifs des spectateurs sur le feu tiré en août 2017, un point sur la situation financière de l'association a été présenté. Jusqu'à l'an dernier, le budget avait une « réserve » permettant d'assurer une manifestation. Celle-ci a diminué par manque de sponsors. Le budget de l'association est abondé par les subventions apportées par les communes pour les deux tiers et un tiers par les participations privées. L'élection du bureau a eu lieu en fin de séance. Le président, Olivier Huguet (Guidel), n'a pas souhaité prolonger son mandat. Philippe Delater, propriétaire du camping du Kerou à Clohars-Carnoët, a présenté sa candidature et a donc été élu à l'unanimité. Le bureau est composé de Philippe Delater, président ; Jean-Jacques Marteil (Guidel), vice-président ; Daniel Noinski (Guidel), trésorier ; Anne Maréchal (Clohars), secrétaire. Membres du conseil d'administration : Claudine Berlot et Yannick Péron.

 

 

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 26 Février 2018

Des représentants de divers organes et associations locales de Clohars-Carnoët se sont rencontrés, jeudi, à la casemate des Grands-Sables pour envisager sa rénovation.

À la casemate des Grands-Sables, de gauche à droite : Yannick Péron, Christian Monnier, Monique Montreuil, Richard Dattez, Gil Van Meeuwen, Lionel Runavot et Marcel Gozzi.

Le projet
Le conseil des sages de Clohars-Carnoët envisage une rénovation du blockhaus qui domine l’anse des Grands-Sables, au Pouldu.
Jeudi, à l’édifice désaffecté, pour dialoguer et se coordonner, sont venus : Yannick Péron (municipalité), Lionel Runavot (services techniques), Christian Monnier, Marcel Gozzi et Richard Dattez (conseil des sages : respectivement président, secrétaire et membre), Gil Van Meeuwen (auteur et spécialiste de la période) et Monique Montreuil (Les amis du Pouldu).
300 m2 de surface
Le blockhaus, construit entre 1942 et 1944 par les Allemands, est actuellement principalement gorgé de terre, recouvert de végétation et laissé à l’abandon.
Gil Van Meeuwen en a fait la visite guidée au groupe, parlant ici de l’armement ou là des différents conduits traversant le bâtiment.
Lionel Runavot a fait part au groupe de son expertise en matière de travaux.
Pour, à terme, faire visiter le blockhaus « il faut déblayer toute la terre, nettoyer l’intérieur, installer un compteur pour l’électricité, mettre une porte en bois, installer des panneaux explicatifs, ou soumettre le bâtiment à des normes de sécurité ».
A priori, aucune opération de déminage à mener. Une dérogation pourrait être demandée à la préfecture, concernant l’obligation de créer un accès pour les personnes à mobilité réduites, au vu des degrés de pente de l’endroit.
Le Conseil des sages veut créer une association pour mener à bien cette rénovation, puis organiser les visites pour le public.
Tout volontaire ou toute personne intéressée par le projet « est la bienvenue, explique Marcel Gozzi, un certain nombre a déjà montré de l’intérêt ».
Les membres prendront contact avec les organismes en charge d’autres projets analogues, en cours ou menés à bien, pour s’inspirer de la marche à suivre.
Pour le groupe présent ce jeudi, une ouverture du site, dans une version rafraîchie, à l’été 2019 serait « déjà idéale ».
Dans la mesure où le blockhaus (patrimoine maritime culturel) fait partie du domaine public et que celui-ci est inaliénable (aucun droit de propriété privée possible), l’association devrait alors passer une convention avec la mairie, afin de le soumettre à des horaires d’ouverture et visites (prévues gratuites).
Prochaine réunion le jeudi 15 mars.
Contact : 06 07 58 66 34.
Ouest-France le 25/02/2018
 

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 19 Février 2018

Les élus du conseil municipal se sont réunis samedi matin à Saint-Maudet, pour se prononcer contre la proposition de suppression d'une classe.

Le conseil municipal de Clohars-Carnoët s’est positionné contre la proposition de suppression d’une classe à l’école publique de Saint-Maudet. Un appel à une mobilisation a été lancé.

Samedi matin, le conseil municipal réuni en session extraordinaire dans une salle de classe de l’école de Saint-Maudet, s’est positionné à l’unanimité contre la proposition faite par la direction académique, de supprimer une classe à l’école publique de Saint-Maudet (réajustements de la carte scolaire).

Comme un symbole, en guise de fond sonore, entre les propos d’élus ou de parents, on entendait le bruit du feutre qu’une enfant manie sur une feuille, occupée à colorier en attendant que les parents aient fini de débattre. Le maire, Jacques Juloux, synthétise et revient sur les différents éléments sur lesquels s’est basée la direction académique, pour proposer de supprimer une classe.

« 48 élèves ont été pris en compte pour faire cette proposition. Or, il y en a actuellement 51, auxquels il faut ajouter une crèche, mais aussi les enfants des familles qui viendront s’installer dans le bâtiment en passe d’être achevé (8 logements) tout à côté de l’école. Les effectifs gonfleront encore, avec le lotissement de Kernevenas (62 lots individuels), en face, qui n’est pour l’heure achevé qu’à un tiers. »

Des particularités à prendre en compte

Le maire met aussi en garde sur la difficulté à enseigner efficacement à des classes toujours plus nombreuses et de niveaux différents, sachant que deux classes ont déjà été supprimées : « Avec une nouvelle suppression, il n’y aurait plus que deux classes : une de 5 niveaux à 25 élèves, une de 4 niveaux à 26 élèves. La population du quartier est clairement en train d’augmenter, ce serait aller à contre-courant de supprimer une classe. »

Et puis il y a la particularité de l’école avec ses classes monolingues et bilingues « si l’on supprime encore des classes monolingues, poursuit l’édile, il y aura un déséquilibre. Des familles pourraient se décider à scolariser leurs enfants ailleurs ».

Enfin, en densifiant des classes « l’accueil d’enfants en situation de handicap qui se fait à l’heure actuelle, explique un parent, deviendrait impossible. »

La mobilisation continue
En plus de cette session extraordinaire, les élus voteront mardi, en complément du conseil, une motion à transmettre à la préfecture, contre la suppression. Mercredi, à 18 h 30, place de la Mairie, les Cloharsiens sont appelés à venir se mobiliser avec les élus pour la préservation de cette classe.
 

Ouest-France 18/02/2018

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 10 Février 2018

L’association Acte Bretagne, dix de ses chiens et leurs compagnons respectifs prendront part au Bain de la Mor, ce dimanche 11 dès 14 h. | Ouest-France

Les organisateurs du Bain de la Mor veulent en faire un événement associatif et sécurisé, autant que festif et populaire. Rendez-vous dimanche, plage de Bellangenêt, à Clohars-Carnoët.

Le Bain de la Mor a lieu, ce dimanche, à Bellangenêt (Le Pouldu), dès 14 h et jusqu’à 17 h pour les activités et jeux, et à 15 h précises pour se jeter à l’eau !

L’événement est organisé par l’Association d’éducation prioritaire (AEP) de l’école Diwan de Quimperlé, qui en assume donc la responsabilité. Dimanche après-midi, les équipes de Diwan tiendront le stand des crêpes, faites sur place.

Les recettes collectées par Diwan serviront au voyage, programmé aux beaux jours dans les Pyrénées, de la classe de CM1/CM2. Les recettes globales de l’événement, elles, seront partagées en trois : la SNSM, Acte Bretagne et donc Diwan.

 

Trois hommes prêts à plonger

La sécurité des courageux qui iront à l’eau sera assurée par la SNSM, sous la responsabilité d’André Yvet, et l’Amicale des pompiers de Clohars, présidée par Julien Le Guennec. Sur l’eau, il y aura un canot pneumatique avec quatre hommes à bord, dont trois en combinaisons, prêts à plonger pour apporter leur secours.

Deux autres hommes équipés, sur des planches de paddle, veilleront à la sécurité des baigneurs. À terre, outre deux pompiers, André Yvet sera à la radio pour coordonner les éventuelles interventions.

Mais la sécurité sera aussi au menu des démonstrations : l’Amicale des pompiers initiera aux gestes de premiers secours, de 14 h à 17 h. L’objectif principal ? Sensibiliser la jeunesse et susciter des vocations.

En termes de démonstrations, à 14 h, et durant 45 minutes, l’association Acte Bretagne, présidée par Éric Robitzer, procédera à des exercices de sauvetage canin, avec dix chiens et leurs maîtres.

Pour aller à l’eau, il faudra simplement s’inscrire, en acceptant d’appliquer les consignes de sécurité. L’inscription se fait sous forme de donation libre : chaque baigneur peut ne rien payer, comme faire le don de son choix aux associations.


Collations gratuites

Un bracelet lui sera remis et lui assurera en retour une brioche, offerte par la boulangerie Le Dimna (Clohars), et une boisson (jus de pomme chaud, thé, café), offerte par Éric et Léna, du café de La Place, et Pressimobile.
Les curieux qui n’iront pas à l’eau, préférant un vin chaud, pourront se restaurer à petits prix à tous les stands cités.

De quoi faire savourer le moment à tous les participants, qu’ils soient baigneurs ou simples spectateurs.

 

 

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 3 Février 2018

De la Maison-Musée au Pouldu, Virginie Gorrec, Maud Naour et Cécilia Beauclair sont allées au Grand Palais, à Paris. Elles ont vu l'exposition « Gauguin, l'alchimiste ».

« L'apport de Gauguin à l'histoire de l'Art, c'est le « droit de tout oser ». » Maud reprend la formule du peintre, et celle-ci recoupe parfaitement l'angle de l'exposition qui « ne portait pas seulement sur la peinture, mais sur l'expérimentation, le processus créatif, la technique », appuient Virginie et Cécilia.

Si cette philosophie du « tout oser » a pu rendre l'homme subversif, elle illustre la multi-disciplinarité de l'artiste, qui l'a conduit à toucher à la céramique et à la sculpture. « Ce que m'a apporté l'exposition, c'est de voir que Gauguin était un sculpteur accompli avant d'être un peintre remarquable, confie Maud. Un de ses premiers gestes artistiques a été de sculpter. »

« Le Pouldu est une étape »

Et son temps au Pouldu, lieu plus rude que Pont-Aven à l'époque, tient une grande place dans ce cheminement artistique. « En quittant Pont-Aven, Gauguin s'isole, s'extrait, cherche la solitude et protège son ego. Le Pouldu est une étape pour aller vers le toujours plus sauvage » qui, à terme, le conduit à Tahiti, où il finira ses jours.

Artistiquement, ce dénuement matériel et ce dépouillement spirituel, au Pouldu, l'amènent « à prendre sa liberté, s'assumer. Dans plusieurs disciplines, Gauguin a déjà beaucoup expérimenté. Mais au Pouldu, ces expérimentations se concrétisent, se cristallisent. »

L'exposition, avec des sculptures sur bois telles que Soyez mystérieuses, ou le buste de De Haan, créées au Pouldu, étayent ce qui, en peinture, mène Gauguin « de l'impressionnisme au synthétisme ».

« Dans ses oeuvres produites au Pouldu, les paysages sont plus dénudés. Cela traduit son envie de changement, d'aller vers autre chose », vers le synthétisme.

La statuette La luxure qui a trôné dans le salon de Marie Henry, au Pouldu, il y a 130 ans, était exposée à Paris. « Ses sculptures expriment le contraste entre le côté brut et la sensibilité, par les détails très raffinés. »

À l'été 2018, la Maison du Pouldu incitera les visiteurs à s'aventurer dans les lettres tahitiennes du peintre. Le maire a, quant à lui, dans ses vœux, évoqué une future extension du musée.

Publié le 01/02/2018 OUEST-FRANCE

 

Et si elles devaient choisir...

Question à Virginie Gorrec, Cécilia Beauclair et Maud Naour : Quelles oeuvres de Gauguin, en lien avec le Pouldu, retiendriez-vous de votre visite de l'exposition « Gauguin, l'alchimiste » au Grand Palais ?

Virginie Gorrec. La luxure, en sculpture, et la Femme Caraïbe, en peinture. Elles sont liées. Sur le tableau, c'est la même silhouette qui revient. L'influence lui vient, non pas de Tahiti où il ne se rendra que des années plus tard, mais d'un séjour en Martinique, après avoir travaillé au Panama, sur le canal. Et puis, avec le tournesol, référence à sa relation avec Van Gogh.

Cécilia Beauclair. En peinture, L'Ondine, figure récurrente avec l'eau verte, la chevelure rousse... Ou alors une céramique, toute petite : extrait isolé d'un autoportrait devant Au Christ jaune. À sa droite, le Christ. Mais, à sa gauche, un portrait plus obscur, évoquant sa part « sauvage ».

Maud Naour. Le buste de De Haan, qui paraît très massif de loin, et qui est finalement très raffiné et précis quand on s'en approche : rappel de l'ambivalence de l'artiste. Et surtout Soyez mystérieuses ! Il a alterné peinture et sculpture en le créant. On y trouve la sensualité du corps de la femme, ses hanches polies et lissées.

Publié le  Ouest-France

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 24 Janvier 2018

Pour lire la Vigie, cliquez sur les photos.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Association des Amis du pouldu

Publié dans #la vigie

Repost0

Publié le 24 Janvier 2018

Chères Amies et chers Amis du Pouldu

 

En ce début d’année 2018 j’aimerais en premier lieu vous souhaiter une très belle année de la part de toute notre équipe. Une belle équipe qui tout au long de l’année s’active et se dépense sans compter afin que notre association soit toujours plus dynamique. Toujours plus présente au sein de notre commune de Clohars-Carnoët.

 

Que cette nouvelle année vous donne de nombreuses occasions de venir séjourner dans notre cher Pouldu seul ou accompagné et encore mieux en famille. Car n’oublions pas que dès ses origines Le Pouldu fut –et reste bien sûr- une station balnéaire familiale où certains membres peuvent aujourd’hui avouer qu’ils sont la nième génération à y venir chaque année. C’est d’ailleurs grâce à ces « fidèles » que notre association vit le jour il y a près de 40 ans, 37 ans exactement…

 

Depuis notre association n’a cessé de se développer et de veiller sur la qualité et sur le respect du patrimoine naturel et culturel du Pouldu. Un coin de Bretagne si particulier et si agréable qui nous séduit toujours autant.

 

En tant que président je peux être fier de nous. Et oui, 2017 fut une très belle année pour notre association. Les animations que nous avions imaginées et inaugurées en 2015, furent reconduites avec toujours le même succès et la même fréquentation auprès de nos membres mais aussi des estivants petits ou grands.

 

L’exposition sur l’Art Aborigène à la galerie Goulven au Bas Pouldu fut une belle réussite. Très fréquentée, elle rencontra un bel intérêt tant auprès des néophytes que des connaisseurs. Cette réussite nous fit d’ailleurs regretter de ne pas l’avoir programmée plus longtemps…

Pour 2018, nous marquerons le 150 -ème anniversaire de la naissance du philosophe Alain qui résida plusieurs années dans sa maison du Pouldu. Il y a peint environ 200 petites toiles, marines et paysages de campagne, dont une cinquantaine nous serons confiées pour une exposition. Cette expo nous fera découvrir sa vie, ses écrits, ses peintures et ses amis qui lui rendirent souvent visite en Bretagne. L’expo se déroulera du 17 au 29 juillet à la galerie Goulven au Bas Pouldu. Au mois d’août, du 2 au 19, elle sera prolongée à La Longère à Clohars-Carnoët, derrière la Mairie.

 

Fin juillet, ce fut le traditionnel Art Pouldu. Une journée d’animation sous forme de balade pour petits et grands qui permet de mieux faire connaître le Pouldu et ses commerçants. Cette année malheureusement point de calèches…Suite à des incidents techniques de dernière minute les amis de Benoît Audren ne purent venir vous faire profiter du tour du Pouldu avec leurs attelages si sympathiques.

Cette année, nous serons de nouveau place Gauguin pour une nouvelle édition d’Art Pouldu. Comme on ne change pas une formule qui marche, vous retrouverez le traditionnel jeu/quizz en partenariat avec les commerçants, le concours de dessins d’enfants, l’expo-vente des œuvres d’artistes locaux sur un thème choisi, les balades du tour du Pouldu en calèches et bien sûr l’apéro final avec son animation musicale. Art Pouldu se tiendra donc traditionnellement Place Gauguin le 25 juillet.

 

Début août, ce fut la deuxième édition du concours de château de sable. Là aussi succès total. Nous avons doublé le nombre d’emplacement : 40 au lieu de 20. Victime de notre succès, nous n’avons pu malheureusement accepter tous ceux qui voulaient participer. Malgré quelques petits couacs d’organisation (surtout lors de la remise des prix), nous avons réussi notre pari de redonner vie à ce concours populaire et familial pour le plus grand plaisir des petits et … des grands.

Cette année nous ferons encore mieux grâce à notre super équipe très motivée, c’est promis. Pour cette troisième édition, nous veillerons à parfaire l’organisation afin que cette journée soit encore plus réussie…

 

Toutes ces animations sont la preuve que notre association est bien active. Bien vivante. Qu’elle est bien présente auprès des Pouldusiens, des Cloharsiens et aussi de tous les estivants de passage.

Même si je suis fier et satisfait de ce beau bilan, je dois toujours soulever, comme chaque année, le vrai problème de notre association : celui de son fonctionnement.

Le nombre de nos membres est stable malgré une très légère baisse depuis quelques années et notre bilan financier toujours positif grâce à votre soutien et à vos dons. Et je vous en remercie encore.

 

Quant à notre fonctionnement, il y a deux points délicats :

  • Celui du renouvellement de nos membres. Il nous faut remplacer les plus anciens qui nous quittent et surtout rajeunir en invitant de nouveaux membres à nous rejoindre. Nos actions et notre image peuvent contribuer à cela mais c’est aussi sur vous que je compte pour convaincre auprès de vos amis, de votre entourage.
  • Celui de notre encadrement. Il nous faut plus de bonne volonté afin d’organiser et assurer une bonne logistique pour nos 3 manifestations annuelles. Investissezvous, ce n’est pas la lune à peine quelques heures en juillet et août. Et en plus vous verrez l’ambiance est plutôt sympa…

 

Je compte donc sur vous afin que notre belle association soit toujours aussi dynamique et bien vivante. Et n’oubliez pas notre Blog et la Vigie qui sont tout au long de l’année le lien privilégié entre nous tous.

 

Belle année 2018 à vous toutes et tous

 

Philippe Esménard

 

Voir les commentaires

Rédigé par Association des Amis du pouldu

Repost0

Publié le 16 Janvier 2018

Dimanche 21 janvier à 17 h à la salle des fêtes de Clohars-Carnoët

Depuis trente ans, Marie-Yolande est victime d’une phobie de la voiture. Alors tandis qu’elle enchaîne les coups de téléphone en quête de quelqu’un qui pourrait la guérir, elle se revoit à 6 ans, 35 ans, 15 ans, pour essayer de comprendre ce qui l’empêche non seulement de conduire une voiture, mais aussi de vivre la vie qu’elle s’est choisie. De son enfance en Bretagne dans la ferme de ses parents à son départ pour Paris dans la 4L de son père, de son premier poème au collège à sa première phrase dans un film, du rayon Développement personnel de la FNAC à une interview avec Michel Drucker, voici l’histoire d’une femme en quête d’identité et déchirée entre deux territoires : la Bretagne et Paris.

Texte et mise en scène : Tatiana Gousseff. Avec Marité Blot.

Tout public, à partir de 13 ans.
TARIF : 6-8 €

HORAIRES : De 17h00 à 18h15
 

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 13 Janvier 2018

Réaménagement urbain du Pouldu.
Lors de notre assemblée d’août 2017, Jacques Juloux, maire de la commune, nous a présenté le projet construction d’une base voile et d’aménagement de la place de l’Océan.
Depuis, le projet a avancé et a fait l’objet de votes dans la cadre du conseil municipal du 21 décembre 2017.
L’opération s’inscrit dans un périmètre élargi qui comprend le lotissement des Dunes, la place de l’Océan et ses abords. (Zone comprise à l’intérieur du tracé _____ )
L’objectif est de dynamiser la fréquentation touristique autour de la base de voile, l’office de tourisme (maintenu à son emplacement actuel et rénové) avec des aménagements esthétiques et contemporains.
Le projet traitera de manière globale le stationnement, la sécurité des déplacements et les liaisons avec cheminements existants.
L’ensemble du projet est estimé à 1 M€ HT. Le conseil a autorisé le maire à solliciter la DETR (Dotation d’Équipement des Territoires Ruraux) à hauteur de 30 %.
 
Lotissement des dunes. Création de 2 lots à bâtir.
Le lotissement des Dunes a été rétrocédé à la commune en 2005. L’état de la voirie et du réseau nécessite une réfection complète pour un coût estimé à 300 000 € HT.
Le conseil municipal a décidé la création de 2 lots à bâtir (voir emplacement sur plan ci-dessous) dont la vente permettra un financement partiel des travaux.
Préalablement à la commercialisation des 2 parcelles, une enquête publique sera ouverte pour le déclassement de la voirie communale affectée par le projet.
 

 

à suivre ...

 

Voir les commentaires

Rédigé par Association des Amis du pouldu

Repost0