Les courriers au Préfet du Finistère

Publié le 24 Décembre 2009

Notre association a écrit plusieurs courriers, accompagnés d’une pétition de 730 signatures, au Préfet du Finistère afin de l’informer de notre désaccord et de notre opposition unanime et motivée, concernant la soudaine décision du maire de Clohars-Carnoët d’implanter une station d’épuration sur le site emblématique de kerzellec.

Vous trouverez ci-dessous une copie de ces courriers :

Lettre au Préfet du 4 septembre 2009

Note chronologique accompagnant la lettre du 4 septembre 2009

Lettre au préfet, transmission de la pétition le 21 septembre 2009

Pièce jointe à la lettre du 21 septembre 2009

Rédigé par Association des Amis du pouldu

Publié dans #station d'épuration

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Bernard Vignes 24/12/2009 08:47


La note que vous avez adressée au préfet le 4 septembre contient, à mon avis, une présentation partiale de la situation de Rostel.

D'une part vous présentez ce site comme ne présentant aucune nuisance contre l'environnement et les riverains, alors que, surtout dans l'hypothése de l'époque d'une station en boues actives, il en
présentait pour les riverains, le camping et le parc du Quinquis.
Par ailleurs le site est, au niveau des paysages, de grande qualité.

Je m'étonne que vous ne reteniez pas ces points qui sont du même niveau que ceux que, à juste titre, vous évoquez contre le choix de Kerellec.
On ne peut dire "pas chez moi, c'est trop beau, allez chez les autres, il n'y a pas de problèmes" !!

Vous rejetez par ailleurs le choix de Keranna au prétexte qu'il couterait 3 millions d'euros en supplément. Ce chiffre est très exagéré; même les chiffres de l'étude actuelle le situent en deçà et
il ne s'agit pas là, loin s'en faut, du cout qui resterait à charge de la commune.

Enfin, et surtout, vous omettez le fait essentiel qui est que le site est en contradiction avec la loi littoral, qui précise que les constructions doivent se situer dans la continuité de
l'urbanisation, alors que la plus proche maison est à 200 m.

Une construction sur ce site aurait nécessité de demander une dérogation aux ministres concernés.

C'était l'objet du deuxième recours du "Comité de Rostel" et toute la jurisprudence, les courriers de l'avocat de la mairie, montrent que ce recours ne pouvait que gagner.

Pourquoi l'ancien maire n'a-t-il pas demandé cette dérogation ? C'est une question qui n'aura jamais de réponses.

Dans cette affaire, une chose est de défendre ce joli site contre une dégradation,une autre est de présenter un contre projet raisonnable, forcement de compromis entre les nuisances et les
coûts.

C'est fondamental pour préserver une certaine unité et solidarité sur cette commune

C'est ce que nous tentons et tenterons de faire sur le blog de CAPAS.

Bonnes fêtes et à bientôt


Association des Amis du pouldu 24/12/2009 09:24


Bonnes fêtes de noël également
@ bientôt
Eric Bienfait